Publié le

L'impression sur textile de D. Porthault a progressé de la peinture à la main à l'impression par blocs de bois et, depuis la fin des années 1940, par la sérigraphie sur cadres. Le procédé de sérigraphie à la main a peu changé depuis cette époque, et se poursuit aujourd'hui dans notre atelier de Normandie.

Avec l'impression par blocs, les formes du dessin étaient sculptées en relief dans des blocs de bois, chaque couleur du dessin nécessitant un bloc séparé. Les blocs d'impression de Porthault sculptés à la main ont été commandés par Madeleine Porthault à un artisan de Paris, et nombre de ces blocs en bois originaux font aujourd'hui partie du patrimoine de notre société. (Sur la photo, la propriétaire Joan Carl tient un modèle de bloc). Le dos du bloc était martelé avec un maillet en bois, transférant la teinture des formes sculptées en saillie sur le tissu. Le bloc était ensuite déplacé vers l'espace suivant sur le tissu où la procédure était répétée, avec des piquets dans chaque coin du bloc pour aider à aligner les impressions.

Une technique appelée picotage, où des épingles en laiton de différentes tailles étaient martelées dans les blocs de bois, a permis aux concepteurs de réaliser une sorte de pointillisme pour les ombres et les détails de leurs impressions. Parfois, cet effet de pointillisme devenait le principal élément de conception du motif. On peut voir cette technique de picotage dans beaucoup des premiers dessins de D. Porthault. (Trois exemples sont présentés ci-dessous).

Par nécessité, les blocs utilisés dans l'impression devaient être gérables dans la main de l'imprimeur. Par conséquent, des dessins à petite échelle avec des répétitions à petite échelle ont été imposés. On peut le voir dans les premiers motifs de D. Porthault qui furent imprimés à Paris.

La sérigraphie a été employée par D. Porthault à la fin des années 1940 lors de son installation dans la région textile historique d'Argentan, en Normandie. En sérigraphie, les motifs sont incisés sur un matériau maintenu fermement dans des cadres métalliques, chaque couleur du motif nécessitant un cadre différent gravé à la main. Par exemple, une impression en 12 couleurs implique l'utilisation de 12 cadres d'impression différents.

Les éléments du design sont révélés en peignant le fond du cadre avec un vernis de protection. Celui-ci est ensuite placé sur un tissu fixé à une longue table, et la teinture est appliquée à l'aide d'un rouleau qui la presse à travers le cadre. En 1948, des cadres d'impression spéciaux ont été créés pour le tissu éponge, qui pouvait alors être imprimé par ce procédé tout comme le tissu de lin.

La sérigraphie a permis aux concepteurs de Porthault de créer des motifs plus grands et des répétitions de motifs, ce qui a permis d'obtenir des dessins plus fluides. De plus, comme la pression appliquée pour ajouter de la couleur était plus indulgente que le martelage requis par l'impression avec les blocs, les couleurs résultantes pouvaient être plus vives. Cette nouvelle capacité à créer des motifs plus picturaux avec des couleurs plus éclatantes a séduit Madeleine Porthault, elle-même artiste. Elle a adoré utiliser les couleurs vives qui sont devenues une signature de la marque. Enfin, la sérigraphie permettait de produire des tirages plus importants et plus longs, nécessaires pour satisfaire la demande croissante de la clientèle pour ses produits.

Il s'agit d'un procédé véritablement artisanal qui est rarement observé aujourd'hui - un procédé à forte intensité de main-d'œuvre, mais qui permet une saturation et une stabilisation complètes de la couleur dans le tissu - créant ainsi des impressions textiles qui durent toute une vie.

Les archives de D. Porthault contiennent de multiples livres de modèles qui conservent sur papier les nombreux dessins créés au cours des décennies, et qui constituent une source de documentation inestimable pour la société. Aucun modèle d'imprimé n'est jamais arrêté. Au contraire, les motifs de D. Porthault sont chaleureusement conservés et peuvent simplement "se reposer" pour être réveillés à une date ultérieure. Alors que D. Porthault fête ses 100 ans de production, nous sommes heureux de réintroduire un certain nombre de tirages d'archives tout au long de l'année 2020.

      Français
      Français