Publié le

Tisser l'histoire dans l'héritage D. Porthault

Il n'est guère fait mention d'habiller les tables en Europe avant le 1er siècle. Les maisons aristocratiques romaines appréciaient leurs tables finement sculptées et les arboraient fièrement lors des réceptions autour d'un repas. L'utilisation plus fréquente des nappes a commencé au Moyen Âge. Pour les familles riches, on recherchait le plus blanc des linges. Pour les familles plus modestes, on utilisait le chanvre de couleur beige ou les tissus assemblés en patchwork. La coutume de présenter son repas sur un tissu s'est rapidement répandue dans toute l'Europe, de l'Italie et de la France médiévales. Ces premières nappes servaient souvent simplement à attraper les éclaboussures et à s'essuyer les doigts et les mains, les serviettes de table arrivant plus tard ! Les nappes étaient destinées à garder les tables en bois et les convives (et leurs vêtements) propres, et elles étaient enlevées pendant la journée et lavées si nécessaire.

À la Renaissance, les nappes des maisons nobles ont transféré leur rôle secondaire de "serviette commune" à un serveur qui offrait aux invités un tissu plus petit sur son bras gauche. Au fil du temps et de l'adoption de la coutume dans la plupart des foyers, les serviettes sont devenues individuelles pour chaque dîner, et un guide des "meilleures manières" pour les utiliser a été élaboré. Le lin a toujours été considéré comme une denrée précieuse. Des maîtres artisans étaient nécessaires pour récolter, filer, blanchir et tisser le tissu. Lorsque le linge de table devenait plus élaboré, les artisans étaient appelés à embellir le lin avec des ourlets, des broderies et de la dentelle, en plaçant souvent le monogramme du propriétaire en évidence sur les tissus et les serviettes.

 

Le linge de table était un objet de famille et était fréquemment consigné dans les testaments familiaux. Les familles nobles exposaient leur linge de maison dans une presse à linge en bois, elle-même souvent décorée de façon élaborée et occupant une place importante dans la maison. Les services de table ont pris de l'importance aux XVIIIe et XIXe siècles, la nappe étant la toile sur laquelle tout le reste - des bougies à la porcelaine et à l'argenterie - était disposé. Dans les années 1900, les fleurs sont devenues un élément essentiel de ces décors, et les pointes de couleur étaient de rigueur contre le blanc brillant de la plupart des nappes.

La tendance à la couleur et à la créativité s'est développée au XXe siècle, et les motifs brodés et imprimés de couleurs vives ont pris de la valeur, tout comme les nappes blanches classiques. Avec un style de vie plus décontracté, la flexibilité des nappes - brodées et imprimées - est également entrée en scène pour les repas informels et formels.

Aujourd'hui, la joie de manger à la maison et d'"habiller" sa table de manière créative se poursuit. Dans le studio de dessin D. Porthault à Paris et dans ses ateliers du nord de la France, le linge de table est dessiné et les matières sont tissées, imprimées et confectionnées.

Porthault a une longue tradition de création de magnifiques nappes personnalisées, ornées de dentelle, d'ourlets complexes et de broderies pour les ambassades, les palais, les châteaux, les maisons et appartements du monde entier. Célébrant cent ans de conception et de production, D. Porthault est fier de sa place dans l'histoire des linges de table, et est heureux d'anoblir toute taille de table avec une nappe personnalisée ou une série de sets de table, qu'ils soient brodés sur du lin ou imprimés sur du coton. D. Porthault est convaincu que la tradition de dîner autour d'une belle table - gracieusement agrémentée de linge de maison et de fleurs - est l'un de ces luxes personnels qui ne se démoderont jamais ! 

 

 

 

Français
Français